Accueil
2019-Joyeux Annivers
2019-Manifestations
2018-A quelle heure
2017-Joyeuse Pagaill
2016-J'y crois pas
2015-Ca sent le sapi
2014-Une pièce peut
2013-M. Bellock
2012-Brèves de compt
2011-NosRéalisations
2010-Le coupable
2009-Perruques, ...
2008-Les Cuisinières
2007-Ainsi soit-il
2006-La Belle Epoque
2005-Salle à manger
Affiches/Presse/Coul

 

 Page en cours de construction - merci de votre compréhension

 

 

8ème Festival de Théatre à Ballancourt du 11 au 13 octobre 2019

 

Un festival très « hot » !

 

Il faut bien reconnaître que ce deuxième week-end d’octobre fut très chaud.

 

Certains commentateurs météo allaient même jusqu’à parler d’été indien.

Mais l’atmosphère la plus torride fut probablement atteinte sur

le plateau de l’espace Daniel Salvi où, du vendredi au dimanche,

trois comédies furent présentées.

 

Vendredi soir,  les Mordus de Montigny le Bretonneux poussèrent

«  Un grand cri d’amour »,

cri qui fut loin de laisser de marbre nombre de spectateurs.

Il faut dire que les dialogues percutants de Josiane Balasko, ainsi

qu’une certaine nuisette noire, y furent pour beaucoup.

 

Samedi, c’était le tour de CUBE. Un vieux garçon un peu misanthrope,

victime d’une inondation,  dut subir les assauts de  ses envahissantes

voisines : une soi-disant strip-teaseuse, une prétendue plombière

et une véritable fliquette nunuche.

Mais, grâce à l’apparition quasi magique d’un soutien-gorge et

d’une petite culotte, notre atrabilaire  devint aimable et prêt à fêter

en famille un très « Joyeux Anniversaire ».

 

Enfin dimanche, présentée par Les Jeux dits de la Bruyère,

une troupe de Poissy, Shakespeare, le grand William,

nous entrainait dans sa poétique et truculente

« Nuit des rois » où comédie et émotion s’entremêlèrent

dans un extraordinaire travestissement des êtres et des sentiments.

En contrepoint de la valse amoureuse des nobles sages, s’agitèrent

prétendants grotesques et puritains victimes,  en bas jaunes et

jarretières croisées, de commères roublardes.  Et pour couronner

le tout, les comédiens chanteurs, accompagnés sur scène d’une

aniste,  illuminèrent l’intrigue de beaucoup d’humour à l’image

du final sur un chœur d’Offenbach. 

  

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

  

Vendredi 11 octobre à 20h 30


Un grand cri d'amour une comédie

de Josiane Balasko

par Les Mordus (78 - Beynes)

 

Que faire quand la comédienne principale de la

pièce  « Un grand cri d’amour » se désiste

peu de temps  avant la première du spectacle ?

Réunir à nouveau  Hugo Martial et Gigi Ortéga,

un couple jadis  mythique  à la scène comme

à la ville mais fâchés  à mort  depuis

leur séparation ? C'est en tout cas

l'idée  de Sylvestre, un agent artistique

prêt à tout pour créer l'évènement médiatique.

C'est ainsi que Hugo, à l'égo surdimensionné, qui

tente de relancer sa carrière et Gigi, qui a sombré

dans la dépression et l'alcoolisme, vont faire

vivre un véritable enfer et les pires répétitions

de sa vie à Léon, un metteur en scène plein de

bonne volonté mais souvent désarmé face

à ce duo incontrôlable.

Comédie féroce et bourrée d’énergie, aux dialogues percutants, c’est une découverte jubilatoire et humoristique sur le monde du théâtre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Samedi 12 octobre à 20h 30

 

Un très joyeux anniversaire une comédie

de Jacky Goupil

par CUBE (91 - Ballancourt)

 

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Ludo.

Mais Ludo déteste les anniversaires. Bien décidé

à échapper à toute forme de fête, il s’enferme

chez lui. Seulement voilà, la tranquillité,

ça ne se commande pas. Les gêneurs non plus.

Sa voisine du dessus a perdu ses clés, dans son appartement il a une gigantesque fuite d’eau

qui dégouline chez sa voisine du dessous et

le plombier à qui il fait appel n’est pas vraiment plombier.Et comme tout ce joli monde a décidé

de s’incruster chez lui, Ludo parviendra-t-il à

jouir de la soirée en solitaire dont il rêve ou

sera-t-il obligé de recevoir les trente invités

que ces raseuses tentent d'introduire dans

son salon ?

Quatre personnages que rien ne rapproche, qui

vont apprendre à se connaitre, à s’apprécier et finalement à faire la fête.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

    
   

Dimanche 13 octobre à 16h

 

La nuit des rois une comédie de William Shakespeare

par Les Jeux dits de la Bruyère (78 - Poissy)

 

Rescapée d’une tempête où elle pense que son frère jumeau Sébastien a disparu, Viola se travestit en homme pour mieux se défendre des pièges de la vie. Elle entre au service du duc Orsino sous le nom de Césario et ne tarde pas à tomber amoureuse de lui, mais ce dernier est épris de la comtesse Olivia qui repousse ses avances. Charmé par sa candeur, le duc demande à Viola/Césario de plaider sa cause auprès d’Olivia. Celle-ci est immédiatement séduite par ce jeune et beau messager. Autour de cette valse amoureuse, s’agitent les prétendants de Viola, grotesques ou puritains, les commères roublardes et le fou, seul personnage lucide.

Comme souvent chez Shakespeare, comédie, poésie et émotion s’entremêlent dans un extraordinaire travestissement des êtres et des sentiments.

 

 

    
 

 

 

  

 

Top
Festival théâtre,Théâtre, carnaval, soirée d'ailleurs, soirée jazz manouche, Bon voyage M. Bellock, Assassins Associés, MEG ou un mort à l'Elysée, Festival,Ca sent le sapin- Festival théâtre